Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

Langesse1

picto accessibilitepicto le giennoispicto espacepicto contactpicto cartepicto livrepicto recherche

logo gien

On doit l’étude et la réalisation du blason de Langesse à Monsieur MEYER Christian, membre de la Société Historique du Giennois et de la Société EPONA (Société qui a pour but l’étude et la protection du patrimoine et des traditions du canton de Châteaurenard) et également ancien conseiller municipal de Langesse.

On doit l’étude et la réalisation du blason de Langesse à Monsieur MEYER Christian, membre de la Société Historique du Giennois et de la Société EPONA (Société qui a pour but l’étude et la protection du patrimoine et des traditions du canton de Châteaurenard) et également ancien conseiller municipal de Langesse.
Les éléments significatifs retenus pour le blason sont la rivière, l’église, la croix, l’étang et les poissons.

Voici en quelques lignes la signification de notre blason :

blason LangesseLangesse est le nom de notre village depuis le Moyen-âge. Ce nom dérivé du latin populaire « longa-Aqua » qui signifie « Longue Eau ». Les longues eaux étaient des étendues d’eau provoquées par un barrage qui retenait l’eau d’une rivière ou d’un ruisseau. Ce moyen de se procurer du poisson a été particulièrement développé par les Francs. La rivière est donc représentée sur le blason par la divise ondulée.
L’église dont le début de la construction se situe au 10ème siècle, avait été à son origine consacrée à « sainte Croix ». A cette époque, l’étang du bourg était nommé « la Noue de Sainte-Croix » (les noues sont des étendues d’eau larges et peu profondes). L’église fut de nouveau consacrée vers 1586 sous le patronage de Saint-Georges, nom qui lui est resté depuis. L’église est représentée sur le blason vue par son chevet, la croix par la croix fichée d’or, l’étang par le champ d’azur, les poissons par les deux gardons d’argent adossés.
Le site de Langesse a aussi connu la construction de trois châteaux.
Le premier, fut un château féodal qui se situait au lieu-dit « Le Chesnoy ». Il fut édifié par Tesson de Lorris vers 1177.
La construction du deuxième, d’abord un abri pour les chasseurs, fut lancée par Jeanne de Courtenay vers 1373. Successivement agrandi, embelli, il n’en restait que des bâtiments en ruine en 1870.
En 1880, il fut démoli pour céder place au château actuel construit sous l’impulsion d’Alfred Loreau.
Les trois châteaux sont évoqués par le chef bastillé de trois pièces.

« D’azur à l’église du lieu soutenue d’une divise ondée, le tout d’argent. Au chef de gueules bastillé de trois pièces, chargé de deux gardons d’argent, adossés de part et d’autre d’une croix fichée d’or »