Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

fond_gien

Il est très difficile de retracer toute l'histoire de ce petit village.

Nous savons que de puissants seigneurs ont habité ces lieux.
On trouve quelques vestiges d'un chateau féodal du XIIe siècle.
Cette forteresse était de forme carrée entourée d'un fossé et de quatre tours.
Il y avait un pont-levis et un donjon de forme ronde.

L'un de ces grands seigneurs qui ont fait l'histoire d'Arrabloy, Jean d'Arrabloy était l'ami et le confident de Philippe IV dit le Bel.

Jean d'Arrabloy était sénéchal du Périgord et du Quercy.
En Aquitaine, il a combattu avec beaucoup de courage les Anglais.
Son épouse, Jeanne d'Anlézy qui décéda en 1310 est enterrée dans l'église d'Arrabloy.

Son fils Pierre d'Arrabloy, fut nommé chancelier de France par Louis X et cardinal en 1316 par le Pape Jean XXII.

Jusqu'à la Révolution Française, Arrabloy était une paroisse du diocèse d'Auxerre. L'évêque d'Auxerre nommait les curés d'Arrabloy.

Autre fait historique important pour le village d'Arrabloy, le courage de son institutrice, Andrée Poupa (1920-1965) qui cacha dans l'école (l'actuelle mairie) de février à août 1944, des résistants recherchés par la Gestapo.
Parmi ces résistants nous pouvons citer Ernest Bildstein, instituteur de l'école du centre à Gien qui fonda un maquis qui portait son nom.